Pourquoi Perigym est payant

Je me rends compte que je n’ai jamais publié à ce sujet sur le blog. La première chose à savoir est que : RIEN n’est gratuit.

Les sites web et applications soit-disant gratuits ne le sont pas vraiment. Ce n’est pas un reproche, juste une réalité et il ne faut pas en être gêné. Même en travaillant gratuitement, il y a des frais de structures pour tout projet. Un modèle gratuit reviendrait à payer pour travailler gratuitement…. Quelques exemples de faux gratuits parmi mes outils favoris (Wikipédia, Waze, Meteo Paris…)

  • Wikipédia est « gratuit » et est obligé chaque année de faire appel à de généreux donateurs.

wikipedia

  • Météo-paris est « gratuit » et vous demande à chaque visite de désactiver votre bloqueur de pub et de cliquer dessus pour qu’il puisse vivre).

meteoparis

  • Waze, une (formidable) application GPS permettant d’éviter tous les bouchons, est également « gratuit ». De temps en temps, il me propose d’aller prendre un McDo en plein milieu de mon trajet. FYI, je ne vais jamais au McDo.

waze

  • LibreOffice est « gratuit ». C’est un logiciel open source,  avec des développeurs bénévoles. Eux aussi demandent des dons, sur une page relativement peu visible.

libreoffice

Il y a juste un petit peu plus de bugs que sur Word (il plante parfois tout seul, ou efface mes données). Dernièrement, j’avais passé une soirée à remplir un dossier pour un concours. La moitié de mon dossier avait disparu. J’ai passé une 2e soirée à refaire cette 2e moitié. Qui a de nouveau disparu. En réalité, la donnée était bien dans le fichier mais un caractère mal compris le rendait illisible. Après avoir décompressé le fichier Word (car je sais qu’un fichier .docx est en fait une archive compressée, mais tout le monde ne le sait pas), j’ai passé une 3e soirée à patiemment nettoyer les caractères qui posaient problème. Bref, c’est « gratuit » et il faut donc être prêt à bidouiller quand il y a des accidents. Du temps à la place de l’argent.

Au final, il y a deux modèles économiques, qui peuvent s’additionner :

  • soit c’est « gratuit ». Vous êtes le produit. Soit le financement vient de la publicité et les entreprises payent pour exploiter vos données. Autre exemple : seloger.com où les agences immobilières payent des emplacements d’annonces pour être visibles auprès du grand public.
  • soit vous payez. Ce n’est pas si douloureux et après vous êtes plutôt tranquille. Vous ne recevez plus 10 mails par mois pour vous demander de revenir sur le site web pour voir les pubs.
  • (soit vous êtes prêts à passer beaucoup de temps)

Selon les usages, on va privilégier un mode ou un autre. Très peu de gens par exemple utilisent les voitures « gratuites » financées par la publicité (vous savez les petites voitures qui servent déguisées en marshmallow roulants). A l’inverse, un système de réseaux sociaux avec inscription payante n’a aujourd’hui aucune chance de fonctionner.

Payer l’impalpable

Le web a commencé gratuit et nous en avons pris la (mauvaise) habitude. Pourtant, les coûts d’infrastructure et de développement sont réels (d’ailleurs l’informatique reste toujours l’un des secteurs les plus porteurs en terme d’emploi).

Dernièrement, j’avais besoin d’un podomètre pour savoir en combien de temps je pouvais atteindre 6 km. On m’a dit que ce n’était pas la peine d’en acheter un car il y avait plein d’applications sur mobile qui mesuraient le temps super bien, en enregistrant nos parcours. Gratuitement. Personnellement, je n’ai absolument pas envie que mes parcours soient enregistrés sur un serveur distant (et qu’on me propose d’aller au go sport d’à côté pendant que je cours ;-)). Une fois qu’on donne nos données à une entreprise, elles ne peuvent simplement pas être récupérées et je ne sais pas ce qu’elles deviendront. Du coup, j’ai acheté un podomètre physique à 20 € qui n’émet pas d’onde et où j’ai le droit de rester anonyme.

Plus tard, je me suis demandée si j’aurais payé 20 € pour une application mobile « garantie préservation vie privée et sans pub ». Je crois que non ou en tout cas plus difficilement. Le fait qu’une application soit moins « palpable » rend l’acte d’achat psychologiquement plus difficile, même si l’appli est super pratique (pas besoin de s’encombrer d’appareil supplémentaire). Nous sommes complètements irrationnels… mais ça se travaille 🙂

Pourquoi Perigym est payant ?

Nous ne souhaitons pas de mettre de publicité car les pubs prennent vite trop de place sur des petits écrans et surtout usent de la batterie bien précieuse sur nos téléphones. Sur Angry Birds par exemple, 75% de l’énergie consommée par le jeu vient des publicités. C’est franchement dommage de devoir construire des centrales nucléaires pour cela.

A titre personnel, je trouve également pénible de devoir recharger ma batterie régulièrement, encore plus pour de la pub; Je préfère payer une fois pour toutes et être tranquille.

Bizarrement, nous espérons aussi augmenter votre engagement sur la rééducation en vous faisant payer clairement l’application Perigym (plutôt qu’indirectement via de la pub). Pensez à toutes ces choses gratuites abandonnées dans votre placard.

Nous sommes favorables à un mode déconnecté pour Perigym, qui vous permet de faire vos exercices même là où il n’y a pas de réseau. Ce serait un contre sens de bâtir un modèle économique avec de la pub dans ces circonstances.

En savoir plus

En matière de vie privée et des boites noires récemment votées par le gouvernement, nous vous conseillons de voir la conférence de moins de 30 minutes de Tristan Nitot : http://www.infoq.com/fr/presentations/cloud-vie-privee. Elle est tout à fait accessible aux personnes non familières à l’informatique ! Elle parle notamment de prison et de toilettes.

One thought on “Pourquoi Perigym est payant

  1. c’est super intéressant car effectivement dès que c’est applications ou internet le comportement de consommation est différent.
    Pareil pour les plateformes musicales..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *