Miettes de vie #1 – Maternité des Lilas

Je suis tout à coup seule après la « guerre ».

La chambre orange de la maternité des Lilas est jolie. Comme dans un hôtel, il y a peu d’objets. Une table à langer, un lit, une chaise. C’est bien rangé, il n’y a pas de bruit, pas d’encombrement visuel. Mon cœur danse paisiblement et fort.

Je contemple mon fils, dans mes bras. Les yeux fermés, un souffle doux et chaud sort de son petit nez, comme une musique de Beethoven. Je me sens terriblement puissante et comblée. Je ne peux pas être plus au top. C’est ça le bonheur ultime ? C’est comme si j’étais Dieu et que j’avais mangé le bonheur des six milliards d’humains au petit déjeuner.

Il est 4h du matin. Mon fils pleure et je lui prête mon doigt à tétouiller pour qu’il se sente bien. La porte de la chambre s’ouvre, deux femmes entrent. J’ai donc une voisine de chambre. Elle boite, aidée par l’autre femme. Son bébé fait plus de 4 kgs. Elle est stressée car son périnée est déchirée. Elle demandera à ce qu’on garde son bébé pour qu’elle se repose. Plus tard, elle appellera une sage femme pour l’aider à aller aux toilettes. Il y a du sang.

Le lendemain, elle me demande si j’ai aussi mal qu’elle. J’ai du dormir deux heures mais Dieu n’a jamais mal. Elle envie mon épisiotomie car cela lui aura évité d’avoir la déchirure de son périnée.

Nous ne sommes pas dans le même état d’esprit. Elle n’est pas en forme et semble avoir des regrets. Alors que moi, j’ai l’impression que « ma » sage-femme a sauvé ma vie et celle de mon enfant, par ses encouragements et son soutien infaillible. Pourtant, mon accouchement n’était pas classe non plus.

Roland Leclerc entre dans la chambre et nous informe d’une session d’information sur le périnée qui va avoir lieu un peu plus tard. Je l’ai déjà suivi, mais j’aime bien réviser.

C’est l’heure. Je demande à ma voisine si elle vient. Elle répond :

Non, ce n’est pas la peine, j’ai déjà prévu de suivre une rééducation du périnée.

Il y a plein de jeunes mamans avec la même expression d’imbécile heureux. A la maternité, il n’y a rien d’autre à faire que prendre soin de soi et du bébé, et écouter ce qu’on nous dit. Un véritable cocon. Pendant la session, Roland nous trace un schéma du périnée, pour expliquer pourquoi le périnée a besoin de se refaire après une grossesse. Il nous propose de faire un exercice en groupe.

Je demande à la fin ses coordonnées à Roland pour suivre ma rééducation périnéale. Il y a une liste d’attente d’environ trois mois à son cabinet, qui correspond au délai de la Sécu pour pouvoir entamer sa rééducation périnéale post natal auprès d’un kinésithérapeute.

Les billets Miettes de vie relatent de véritables tranches de vie où le périnée est entré en jeu. Un périnée ne parle pas avec des mots alors nous allons amplifier sa voix à travers ses billets.

Ces histoires vraies recueillies dans le cadre de sondages ou d’interviews.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *