Enfin des bonnes lunettes avec Let it bill et Rescue Time

Ayant très peu d’entrées/sorties, je tenais mes comptes sur un simple tableur d’à peine 20 lignes depuis un an. Je ne savais absolument pas si le projet était bénéficiaire et si oui à quel point. J’avais *l’impression* d’être dans le vert, puis je n’en étais plus très sure une fois les charges et les impôts soustraits. Combien valaient mes X journées de travail ? Et combien de temps avais-je passé sur ce projet ? Je n’en avais aucune idée.

Mon autre souci est que dans ma vie perso, les écrans prenaient trop de place. J’avais envie de devenir « intentionnelle ». Ok pour passer du temps devant l’écran mais cela doit être un choix délibéré. Je ne dois pas être surprise d’avoir *perdu* 1h à m’égarer sur la toile. Je voulais récupérer du temps pour lire, faire du sport, réfléchir, cultiver du vrai lien, retrouver de la présence.

Marre de ces écrans hypnotiques dans la maison.

J’ai découvert deux outils FA-BU-LEUX (et pourtant, je ne suis vraiment pas du genre à m’emballer pour des logiciels. Le seul autre logiciel fabuleux que je connaisse est Waze, pour éviter les bouchons).

Let it bill

Quand j’ai commencé à utiliser Let it bill (en dehors d’entendre la chanson des Beatles, qui me prédispose à être de bonne humeur), ça a été comme une libération. C’est marrant car je ne m’étais pas rendue compte comme ma compta était devenue casse pied. Tout à coup, c’est devenu simple et j’ai appris plein de choses avec les info-bulles (par exemple qu’il y a un taux de pénalité officiel sur le retard de paiement ou à quoi sert la TVA intracommunautaire). Ce logiciel m’a presque rendue la comptabilité intéressante !

letitbill

Ce que j’ai apprécié :

  • Graphes automatiques des charges et chiffres d’affaires
  • Possibilité de saisir des factures avec date de facturation différente de la date de paiement. Cela parait évident pour les pros mais dans mon fichier excel, il y avait toujours un décalage du coup entre le théorique et le réellement perçu. Sur le papier, j’étais rentrée dans mes frais depuis perpette et en réalité c’est assez récent.
  • Possibilité de faire des échéanciers sur des charges récurrentes, comme la licence IOS annuelle ou l’hébergement du site internet.
  • Possibilité de saisir les achats, les charges, les impôts, les commissions bancaires.
  • Possibilité d’avoir des projets : je peux comparer la vie de Perigym sur Apple par rapport à Android
  • … et des contacts (plus besoin de rechercher dans mes vieux mails à chaque fois !)
  • C’est vraiment pratique qu’un contact se crée automatiquement quand on saisit une adresse dans une facture !

Ce que j’aurai aimé pour que ce soit parfait

  • une meilleure gestion de la saisie de date dans les factures. Il fallait que je clique plusieurs fois sur le calendrier pour qu’elles soient pris en compte, c’était un poil agaçant. Désormais, je saisis directement les chiffres et clique en dehors du champ de saisie pour que ce soit pris en compte.
  • que la duplication de facture copie aussi les informations de contacts…
  • que la saisie du paiement reprenne automatiquement la date d’échéance du paiement plutôt que la date du jour. C’était un inconvénient quand je ressaisissais toutes mes vieilles factures mais c’est peut être un avantage sur une compta à jour.

Globalement, Let it bill est très fluide, c’est assez bluffant. Il m’a obligé à mettre de l’ordre dans mes comptes, il était temps :). Il est adapté aux autoentrepreneurs et est gratuit pour les chiffres d’affaires de moins de 5000 € par mois.

 

Rescue time

Rescue time est un logiciel type Big Brother. Il guette tout ce que vous faites sur votre ordinateur, tablettes et téléphone et génère des rapports dessus. A l’heure actuelle, je trouve le concept tellement génial que je consens avec plaisir à tant d’intrusion… Cela me permet de savoir sur quoi je passe réellement du temps et c’est un besoin que j’ai depuis un bon moment ! C’est beaucoup plus simple qu’un mode déclaratif où il faudrait saisir manuellement chacune de mes activités.

En plus, comme je me sais « fliquée », j’ai moins tendance à m’égarer sur mon téléphone pendant les morts ;).

Rescue Time enregistre tout et essaie de classer les activités tout seul. Il s’en sort plutôt très bien !

rescuetime_dashboard_1Sa base interne a déjà des paramètres pour qualifier si un site est « productif » ou « distractif ». Dès le premier jour, il m’a signalé que j’avais passé une heure à faire du shopping sur Internet. Je n’en avais pas du tout conscience.

Si RescueTime ne sait pas comment qualifier une activité, il le classe dans « Indéfini ». A moi de préciser où cela doit aller. Je n’ai du le faire que pour cinq sites (typiquement le site reeducation-perinee.org, il ne sait pas que c’est dans « productif ») et c’est extrêmement rapide à faire.

 

rescuetime_dashboard_detailsComme c’est sur le cloud, je peux retrouver mes données sur mon téléphone aussi. C’est compatible au moins Windows et Linux, ce qui est très rare.

Le seul souci pour l’instant est quelques lenteurs sur Firefox depuis l’installation…. Pour essayer la version payante, il fallait donner son numéro de carte bleue. Je suis donc rester sur la gratuite, qui est top ! Rien ne m’a manqué jusqu’ici.

Conclusion

Vous l’aurez compris, je suis fan de ces deux logiciels. Je vois d’où je viens et où je vais. Un très grand merci aux contributeurs de ces projets 🙂

Si vous les essayez ou si vous connaissez d’autres outils hyperproductifs, dites-le nous en dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *