Enceinte et même pas peur

Vous êtes enceinte ? Avez-vous remarqué que certains sujets étaient facilement adressés comme une fatalité ? Comme le mal de dos et les fuites urinaires en fin de grossesse. « Ben oui Madame, vous êtes enceinte ».

Eh bien, ce n’est pas une raison pour subir.

Dans la série des questions d’internautes à des pros, voici deux questions stars auxquels nos thérapeutes partenaires vous répondent, avec des conseils très pragmatiques.

Peut-on préparer son perinee à l’accouchement ?

Oui, bien sûr ! Dès le début de la grossesse, apprenez à maîtriser votre périnée. Il faut apprendre à le contracter correctement pour mieux savoir le relâcher ! Un bon relâchement périnéale facilitera l’accouchement. Vous pouvez également masser et étirer votre périnée pour l’assouplir. Introduisez le pouce dans le vagin et dessinez de petits arcs de cercle tout en étirant la paroi vaginale. Je vous conseille d’utiliser de l’huile d’amande douce ou de l’huile d’onagre, aux vertus hydratantes, pour ce massage.

Camille BEAUVAIR, kinésithérapeute

 

Il est effectivement possible de masser son périnée à partir du début du neuvième mois, l’efficacité de ce massage pour prévenir les déchirures et épisiotomomies n’a pas été démontrée par des études mais je le conseille aux femmes qui le souhaitent car il permet en tout cas de mieux appréhender son anatomie et de se familiariser avec les sensations de pression qui peuvent s’exercer sur le périnée lors de l’accouchement. Pour plus d’informations sur ces techniques vous pouvez demander conseil à votre sage-femme.

Anaëlle PICARD, sage-femme

Les fuites urinaires pendant la grossesse sont-elles « normales » ? Comment y remédier ?

Les fuites urinaires ne sont jamais normales ! Elles peuvent être favorisées par la grossesse à cause de l’imprégnation hormonale qui tend à favoriser le relâchement musculaire et de l’augmentation des pressions sur le périnée liée au poids de l’utérus et du bébé mais elles témoignent tout de même d’une faiblesse du périnée. Vous pouvez lutter contre ce phénomène en essayant de diminuer les pressions sur le périnée lors des efforts (verrouillage du périnée au préalable, débuter les efforts sur une expiration…), en pratiquant un exercice simple comme la fausse inspiration thoracique qui permet de renforcer les muscles périnéaux et abdominaux profonds et de remonter les organes du petit bassin, en diminuant éventuellement votre consommation de caféine ou de théine (attention à certains sodas aussi sources de caféine !) si vos fuites sont plutôt en lien avec des envies urgentes et brutales d’uriner. Dans tous les cas, n’hésitez pas à demander conseil à un professionnel qui pourra vous orienter au mieux selon les circonstances de survenue de ces fuites.

Anaëlle PICARD, sage-femme

 

Les fuites urinaires au cours de la grossesse sont fréquentes, notamment au cours du troisième trimestre. La prise de poids, les modifications hormonales ou encore les modifications posturales (ventre en avant, fesses en arrière) peuvent probablement être incriminées. L’augmentation des pressions sur la vessie, d’autant plus si le bébé est bas, favorise ces fuites.
Il est important de corriger l’hyperlordose lombaire pour améliorer la statique pelvienne et limiter les hyperpressions abdominales néfastes pour le périnée. Mesdames, redressez-vous! Vous y gagnerez également une diminution de vos douleurs lombaires et un meilleur positionnement de votre bébé.
Ce travail postural doit être associé à un travail du diaphragme, des muscles de l’abdomen et bien évidemment du périnée.

Camille BEAUVAIR, kinésithérapeute.

Un grand merci à Anaëlle et Camille pour leurs éclairages.

Si vous vous posez d’autres questions, n’hésitez pas à les poster ci-dessous.

One thought on “Enceinte et même pas peur

  1. Ce billet est très intéressant. Les conseils venant de professionnels de la santé sont nombreux : travailler le périnée, travailler la posture… Il est essentiel de rappeler aux femmes que les fuites urinaires peuvent être prises en charge à tout moment de la vie, même pendant la grossesse. Il ne faut pas attendre l’accouchement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *